RN13Bis, art contemporain en Normandie

ARTerritoire 2020
Anne Deshaies, Nicolas Desverronnières, Sophie Hutin, Maurice Marie.

15.05 — 20.09.2020

vAertigo

Maurice Marie, épuisement, 2020 crédit photo : vaertigo
Maurice Marie, épuisement, 2020 crédit photo : vaertigo
Anne Deshaies, Cerfs, 2020, crédit photo: vAertigo
Anne Deshaies, Cerfs, 2020, crédit photo: vAertigo
Nicolas Desveronnières, Rebonjour forêt, 2020, crédit photo : vAertigo
Sophie Hutin, Lacrimare, 2020, crédit photo : vAertigo

Contact

vAertigo
6 chemin du Lavoir
61430 Athis-Val-de-Rouvre
t +33 (02) 33 65 70 38

www.vaertigo.com contact@delomez.net

Horaires

ARTerrtoire du 15.05 au 15.09:
Au bois Charles Meunier-Velay à Athis-de-l'Orne : tous les jours - visite libre
Au jardin Intérieur à Ciel Ouvert à Athis-de-l'Orne :
Du 15.05 au 30.06
vendredi, samedi, dimanche et jours fériés de 14h à 19h
Du 01.07 au 20.09
Ouvert tous les jours de 14h à 18h.
Fermé le lundi - entrée libre pour la galerie.

Tarif

entrée libre.

Arterritoire 2020 présente les oeuvres de 4 artistes, 5 installations sur deux sites de découverte et de culture dans la Commune d’Athis-de-l’Orne en Suisse normande. Nous proposons cette année le jardin « Intérieur à ciel ouvert » et le bois Charles Meunier Velay » comme lieux de création et/ou de monstration.

Comme/Sur un fil, fil du bois, de résine, fil ficelle, fil tube, conducteurs de pensée, d’énergie, les oeuvres présentées dans cette 10ème édition d’Arterritoire exposent dans une concordance temporelle et plastique nos questionnements, nos inquiétudes quant à notre environnement maltraité par la folie de l’homme, épuisement des ressources, mise en danger de la biodiversité, déséquilibre environnemental aux conséquences sanitaires et sociétales. Nous sommes juste sur ce fil partagé, en équilibre…

Les bois d’Anne Deshaies, de l’animal ou du végétal, prélevés à la terre avant disparition, renvoient à la fragilité et beauté de ces deux Règnes en danger ainsi qu’à notre propre temporalité. Rapprochement de l’homme et de l’animal, étonnante actualité, « nous devenons cerf », tandis que les lignes de résines colorées circulent à nouveau sur les fruitiers, trace de la sève/veines du vivant, de l’homme.
Dans un process de récupération/création, Nicolas Desverronnières questionne nos paysages et notre empreinte ; il façonne à son tour en taille directe l’objet de bois manufacturé, le dépouille de toute fonctionnalité pour en faire surgir la substantifique moelle originelle et le rapprocher de sa source sauvage. Ici, un reboisement coloré, un paysage re visité et joyeux après le désastre de 1999.
Les outres vides de Sophie Hutin, tressées en spirale, se font réserves d’eau ou bien larmes. Comme dans un conte fantastique et merveilleux, une nouvelle espèce végétale/animale colonise le sous-bois. Assemblés comme une succession de KUMIHINO, cordelettes qui attachaient les bannières des Samouraïs, étymologiquement servir, l’artiste se pose ici en lanceuse d’alerte en hissant ses pièces comme des oriflammes au coeur du végétal.
Créé avec une économie de moyen et en circuit court, le travail de Maurice Marie expose et transcende en même temps la gravité de nos gestes, épuisement des ressources, gaspillage, pollution. Dans l’antagonisme fond/forme de ses grands pots/urnes vides et noirs sensés contenir la vie ou l’absence, l’artiste crée ici un espace mémoriel à contempler, à méditer… et à replanter.