RN13Bis, art contemporain en Normandie

Sérial Couleurs

26.09 — 09.01.2021

L’Artothèque, Espaces d’art contemporain

Gael Davrinche, Champ chromatique 038, huile sur toile, 2018
Gael Davrinche, Champ chromatique 003, huile sur toile, 2018
Anita Molinero, Croûûûte criarde, saison bleue, Polystyrène et plexiglas, 2017
Etienne Bossut, Tam Tam Painting, polyester, 2013

Contact

L'Artothèque, Espaces d'art contemporain
Palais Ducal, Impasse Duc Rollon
14000 Caen
t + 33 (0)2 31 85 69 73

artotheque-caen.net info@artotheque-caen.fr

Horaires

Expositions : du mardi au samedi, de 14h à 18h30.
Prêt d’œuvres : mardi, jeudi et samedi, de 14h à 18h30 et mercredi et vendredi de 11h30 à 18h30.

Tarif

entrée libre.

 

Avec les artistes : Thibault Bellière, Étienne Bossut, Émilie Breux, Gaël Davrinche, Joël Hubaut, Romain Lepage, Olivier Masmonteil, Anita Molinero, Elsa Tomkowiak

Sérial Couleurs, présentée dans le cadre de Normandie Impressionniste 2020, réunit neuf artistes pour lesquels la couleur est, en soi, le principal champ d’expérimentation, l’objet central de la démarche artistique. En écho à l’usage de la répétition du sujet chez des peintres comme Cézanne ou Monet, elle porte une attention particulière au recours à la série.

« Les hommes cherchent la lumière dans un jardin fragile ou frissonnent les couleurs. »

Monsieur monsieur, Jean Tardieu 1951

« Faire frissonner les couleurs, n’est-ce pas ce qu’auront permis, entre autre bienfaits, les peintres de l’impressionnisme? L’invention en 1841 du tube de peinture souple va littéralement révolutionner l’histoire de la peinture, permettant aux artistes de sortir hors de l’atelier pour aller peindre à l’extérieur. En s’affranchissant des contraintes de la mimésis, en exprimant les terribles passions de l’humanité au moyen du rouge et du vert1, en s’emparant de la couleur comme principal outil de composition, les impressionnistes ont ouvert une brèche dans laquelle se sont engouffrées les avants-garde. Brèche féconde qui, in fine, ouvrira la voie de l’abstraction.

En ce début de XXIe siècle, que doivent encore les artistes contemporains à ce mouvement qui a fait naître tant de bouleversements fondamentaux ? Un regard commun porté sur les choses de la vie, une volonté de témoigner d’une société chamboulée par les innovations technologiques, une posture anti-académique doublée d’une volonté d’indépendance. Témoignant de la vitalité et de la diversité de la scène artistique contemporaine, Sérial couleurs fait dialoguer la peinture et la photographie, le volume et l’installation et s’échafaude sur une double entrée : la couleur envisagée comme sujet-même de l’oeuvre et le recours à la sérialité.

L’exposition réunit ainsi neuf artistes pour lesquels la couleur est, en soi, le principal champ d’expérimentation, l’objet central de la démarche artistique. En écho à l’usage de la répétition du sujet chez des peintres comme Cézanne ou Monet, elle porte une attention particulière au recours à la série. Suites, variations, déclinaisons, répétitions : quelle soit ordonnée ou aléatoire, hiérarchisée ou déstructurée, la série et les paradoxes qu’elle soulève – singularité / pluralité, écart / similitude, continuité / discontinuité, finitude / infinitude – constitue, pour chacun des artistes de l’exposition, un espace aux ressources inépuisables, élargissant le champ des possibles. Encadrée par de rigoureux protocoles ou envisagée plus librement, sans règles strictes ni contraignantes, la sérialité relève toujours d’un engagement total. Celui de l’artiste et de son rapport au temps, à son inexorable écoulement. »

Patrick Roussel, commissaire de l’exposition

 

1 « J’ai essayé d’exprimer les terribles passions de l’humanité au moyen du rouge et du vert. » Lettres de Vincent Van Gogh à Théo Van Gogh, des 8 et 9 septembre 1888