RN13Bis, art contemporain en Normandie

Un monde imparfait
Gilles Caron

06.06 - 3.10.2021

Le Point du Jour, centre d’art / éditeur

Contact

Le Point du Jour, centre d’art / éditeur
107 avenue de Paris
50100 Cherbourg-en-Cotentin
t +33 (0)2 33 22 99 23

lepointdujour.eu infos@lepointdujour.eu

Horaires

Du mercredi au vendredi, de 14h à 18h.
Samedi et dimanche, de 14h à 19h.
Été, ouvert aussi le mardi de 14h à 18h.

Tarif

entrée libre.

Téléchargement(s)

DP Un monde imparfait - Gilles Caron
Il n’y a aucune raison pour que ce monde imparfait et ennuyeux qui m’a été donné à la naissance, je sois obligé de l’assumer et de l’améliorer dans la mesure de mes moyens. On subit toujours, mais de diverses façons. Ne rien faire, c’est désolant. Jouer un rôle, c’est prendre son siècle en main, en être imprégné tout entier
Gilles Caron, lettre à sa mère, 6 mai 1960.
 
Comment se situer, vivre et agir dans un « monde imparfait » ? Telle est la question que se pose le jeune Gilles Caron, alors appelé à faire son service militaire pendant la guerre d’Algérie. Devenu reporter au sein de l’agence Gamma, il photographiera entre 1967 et 1970 nombre des conflits de son époque, jusqu’à sa disparition au Cambodge, à l’âge de trente ans.
L’exposition, accompagnée d’un livre publié par Le Point du Jour, propose un parcours à travers quelques-uns de ses reportages les plus célèbres, comme Mai 68 à Paris ou la guerre du Biafra, mais aussi d’autres moins connus, tels que l’anniversaire du Printemps de Prague ou la rébellion armée au Tchad.
Chaque section de l’exposition présente un choix de tirages et un diaporama plus large, accompagnés de publications et de photographies d’époque annotées au dos. Ainsi, les historiens de la photographie Guillaume Blanc, Clara Bouveresse et Isabella Seniuta, commissaires de l’exposition, éclairent le contexte historique et les conditions de production de ces images, ainsi que leur diffusion par la presse à laquelle elles étaient destinées.
Relue sous l’angle de ses ambivalences, l’œuvre de Gilles Caron traduit la complexité à rendre compte de ce « monde imparfait » dont il choisit, en tant que photoreporter, d’« être imprégné tout entier ».